Semaine 3 : du 13 au 19 Juin 2016

Lundi 13 Juin (Meaford – Wiarton : 74 km)

Nous quittons la maison de Lorene et Quentin pour mettre le cap sur la Bruce Peninsula! Avant de partir, Quentin nous fait visiter son terrain, il y a lui-même planté chaque arbre il y a 29 ans : c’est une vraie forêt maintenant! Nous sommes vraiment impressionnés!

IMG_6774.JPG

Nous partons sous un ciel bien voilé, mais dans la journée les nuages se dégagent. Nous pédalons bien aujourd’hui, la petite journée d’hier nous a fait du bien! Sur la route, un coyote traverse juste devant nous! (en vitesse bien sûr, donc désolés, mais nous n’avons pas eu le temps de prendre des photos, il n’a pas voulu prendre la pause, il s’est engouffré rapido dans la forêt…)

A l’heure du lunch, nous décidons de nous arrêter au Tim Hortons (pas le plus original au Canada, car c’est vraiment l’enseigne 100% canadienne : un espèce de mix entre un Starbucks et un Mc Do…) Mais leur donuts sont terrrribles !! Nous en profitons également pour faire un skype en famille (ça fait du bien!), régler quelques affaires administratives sur internet mais aussi regarder notre parcours pour la suite.

L’après-midi passe vite, on prend un bike trail très sympa qui nous fait passer par la forêt et quelques marécages…

IMG_6790.JPG

C’est aussi aujourd’hui que l’on atteint nos 1000 km!!! (champagne dans les bidons!! Non, pas possible?! Bon, tant pis…) On immortalise le moment :

IMG_6812.JPG

Le soir nous arrivons chez Lydia, notre Warmshower du jour, pour planter notre tente dans le jardin. Nous dinons avec toute la famille.

Mardi 14 Juin (Wiarton- Bruce Peninsula : 78 km)

Ce matin, nous partons en direction de la pointe de la péninsule, pour aller camper dans le Parc National Bruce Penisula. Nous roulons parfaitement bien, c’est une journée parfaite pour faire du vélo : un beau ciel bleu, peu de vent et pas trop chaud! Par contre nous sommes obligés d’emprunter la Highway 6 qui traverse la péninsule, donc ce n’est pas le top, mais finalement ça va, il n’y a pas trop de camions! Apparement il existe d’autres routes parallèles, mais elles sont bien souvent en mauvais état d’après ce qu’on pu nous dire quelques locaux.

Le midi, nous nous arrêtons dans une station service pour acheter de quoi manger : pas top mais pas le choix car il n’y a absolument rien d’autre comme magasin!

On repart et on trace jusqu’au Parc National. Super! On y arrive avant 16h, ce qui nous laisse du temps pour visiter le parc!

A peine arrivés, on nous installe une grosse boite à notre emplacement. Nous devrons y déposer tout ce qui est susceptible d’attirer nos amis les ours (notre nourriture mais aussi produits d’hygiène) car ça rôde!! Donc surtout rien dans la tente, bien ranger les poubelles et ne rien laisser trainer…

Nous plantons la tente en quelques minutes, puis repartons faire une petite randonnée (de 2h30 quand même) pour visiter le parc! (normal, après 78 km de vélo, on en n’a pas eu assez aujourd’hui 🙂

Nous découvrons alors de magnifiques paysages : le lac Cyrius mais aussi des vues sur la Georgian Bay!

On espère croiser Winni l’ourson lors de notre balade, mais rien… Dommage, ce sera pour une autre fois!

Mercredi 15 Juin (Bruce Peninsula- Little Current : 80 km)

Cette nuit nous n’avons finalement pas été réveillés par les ours grognant autour de la tente, un peu déçus mais bon, ce sera pour la prochaine:) Nico avait pourtant garder la Go Pro a portée de main au cas où on aurait pu enregistrer ça! On espère avoir la chance de le faire au cours de notre voyage afin de vous partager cette expérience!

La nuit a été fraîche, il ne fait que 8° mais on a de bons sacs de couchages donc tout va bien.

Au petit matin, réveil à 5h30 pour prendre le ferry à 8H15. Ca semble large mais comme on doit ranger la tente, les sacs, matelas, puis 15 km de vélo à faire, sachant qu’on ne voudrait pas louper le ferry qui n’a que 2 départs par jour, pas le choix!

Nous voilà donc sur le ferry avec nos vélos!

Après notre traversée du lac Huron et de la Georgian Bay nous arrivons sur Manitoulin Island. Nous commençons notre traversée du Sud vers le Nord de l’île pour rejoindre notre Warmshower du soir, situé à la sortie de l’île.

Manitoulin Island est une grande île (une journée entière de vélo!) où il n’y a…pas grand chose!

Nous nous arrêtons le midi dans la seule ville de l’île qui nous permet de trouver un peu de bouffe. C’est donc pique-nique au bord du lac (pour changer hé hé!).

Dans l’aprèm, nous roulons sur une des principales routes de l’île, pas top car pas d’accotements et beaucoup de camions…

Le soir, nous arrivons chez Justin : l’endroit est original. Il s’agit d’un « laboratoire de permaculture » : plusieurs personnes vivent ici pendant une période plus ou moins longue, avec pour objectif de vivre en respectant l’environnement. Ici, il y a donc des toilettes sèches, une douche et une cuisine extérieure alimentées par l’eau du lac, des poules, et surtout un potager bio! Les différents étudiants/stagiaires expérimentent par eux même une agriculture durable ainsi que l’autonomie énergétique.

Sur cette propriété, chacun fait sa vie, comme une grande colocation. Parmi les 6 personnes présentes, nous rencontrons même un français: il a travaillé à Montréal (dans un resto), il fait aussi un road trip (en voiture) et là il vit ici depuis quelques jours pour apprendre et expérimenter de nouvelles méthodes de cultures agricoles. Vraiment intéressant tout ça!

Le soir nous avons le privilège de dormir dans la caravane:)

IMG_6903.JPG

Jeudi 16 Juin ( Little Current – Spanish : 117 km)

Aujourd’hui nous voulions partir de bonne heure car une longue journée nous attend, mais la pluie est arrivée cette nuit (et a d’ailleurs bien trempé nos vélos et nos sacoches). Du coup, quand le réveil sonne, on s’attarde un peu en espérant que ça passe et on se rendort!! C’est aussi ça le plaisir du voyage, pas trop de contraintes 🙂 Nous partons finalement du « labo » vers 8h30.

Juste après être sortis de l’île de Manitoulin, nous rencontrons un cycliste qui fait Winnipeg-Ottawa. Nous discutons du parcours de chacun. Il nous conseille même de passer par les USA et non de longer le lac supérieur côté canadien car c’est beaucoup trop dangereux selon lui « please, pass throught the US ». C’est bon à savoir!

Le reste de la matinée nous roulons de collines en collines, un paysage limite montagneux mais ça se fait très bien;

IMG_6936.JPG

Après quasiment 60km sans s’arrêter nous mangeons dans une galerie commerciale, on peut trouver mieux comme cadre c’est sûr, mais nous sommes contents de pouvoir manger équilibré, pas cher et dans un endroit climatisé car il fait vraiment chaud aujourd’hui.

Ensuite, la route est vraiment bonne, très « flat ». Nous sommes en forme et décidons de pousser jusqu’à la ville de Spanish soit 117 km (notre record jusqu’à présent!). Par contre, les 20-25 derniers kms sont vraiment durs! Pour le coup, là on est fatigués et on a mal aux fesses!!

En fin d’après-midi nous avions décidé de sortir notre pancarte afin de trouver un jardin où planter notre tente. Mais personne ne s’est encore arrêté et nous arrivons à notre destination finale (en même temps, nous étions sur une route où ça roule très vite, puis une fois dans le village, il n’y a quasiment personne).

Nous commençons donc à viser le camping, même si cela va nous plomber notre budget (qui a explosé à cause du ferry de la veille), mais tant pis, on est fatigués, pas le courage de toquer aux portes pour demander un bout de pelouse, et camping sauvage bof, on a bien mérité notre douche!

Alors que nous nous dirigeons vers le camping à 1km, une voiture s’arrête et le conducteur nous indique qu’il y a un camping pas loin. Il va nous montrer le chemin, on a qu’à le suivre. Une fois arrivés là-bas, on retrouve donc le conducteur qui remorque son bateau sur la marina du camping. Nous discutons très brièvement, lui expliquons que nous faisons la traversée etc.

Alors que nous commençons à installer notre tente notre copain vient nous déposer 2 bonnes bières, « I know what you need now! » « Thanks!! » Oh que oui on en avait besoin 🙂 Et par la suite, devinez quoi… au moment de payer notre emplacement, on apprendra qu’il nous a payer notre nuit! « Wouah! So nice! » On tombe vraiment sur des gens sympas. Ce monsieur nous explique qu’il a lui-même rencontré des gens très sympas et qui l’ont aidé lorsqu’il voyageait, du coup il veut aider les autres voyageurs en retour! » Belle mentalité!

Ce soir, nous dormons donc au bord de l’eau, avec le clapotis de l’eau et les grenouilles…

IMG_6965

Vendredi 17 Juin (Spanish- Thessalon: 109 km)

Ce matin, réveil difficile : on a eu une dure journée hier, on remet ça aujourd’hui et là il faut s’amuser à tout plier dès le matin (matelas, sac de couchage puis tente). Déjà, rien que pour ça, il nous faut un moment! Vous savez c’est le genre de truc qu’il faut absolument enrouler en compressant à mort, sinon ça rentre pas dans le sac!! ahaha!!

Et puis on se rend compte aussi que parfois, notre petit confort nous manque. En fait, c’est bien simple : on aimerait juste ouvrir la porte du frigo pour manger et juste se jeter sur notre matelas le soir pour dormir. Mais non, on passe finalement pas mal de temps à installer et remballer notre campement, regarder le trajet qu’il faut emprunter, courir après un robinet, des toilettes, une douche, pédaler plusieurs dizaines de km pour trouver une épicerie, se trimballer la bouffe, trouver un endroit où manger, éventuellement sortir le réchaud… quant à dormir bah… il faut monter la tente, gonfler nos matelas et oreillers, déballer les sacs de couchage, le tout avec météo pas toujours cool, les moustiques (pas top non plus…)… et couronné d’une bonne centaine de km dans les pattes… bah ça tire un peu, plus sur les nerfs que sur les jambes!

Au final, on se dit que le vrai challenge c’est davantage les galères du quotidien que le vélo, car franchement, nos jambes se portent merveilleusement bien! D’ailleurs on remarque la différence entre cette semaine où nous avons beaucoup campés, et la semaine dernière où nous étions chez des hôtes warmshowers. Les cyclotouristes que l’on croise qui font le choix de manger au restaurant et dormir tous les soirs à l’hôtel ont quand même de grosses galères en moins, pas étonnant qu’ils enchainent plus de 100km par jour (car en plus ils sont moins chargés). Bref, il y a quand même différentes façons de la faire cette traversée!

Pour résumé, aujourd’hui on a l’impression que c’est là que l’aventure commence vraiment, on commence à « taper dans le dur ». En effet, notre trajet du jour consiste à faire plus de 100 km sur la Transcanadienne (la « 17 ») qui, comme son nom l’indique, traverse tout le Canada. Nous n’avons pas vraiment le choix de passer par ici car il y a bien des routes secondaires, mais la plupart d’entre elles ne sont pas pavées. On a essayé à plusieurs reprises, mais ça va pendant 5km et après c’est trop pénible : sur les cailloux on n’avance pas, on est crispés donc ça tire dans les bras, et c’est casse-gueule en plus!

Bon allons y donc pour la belle route goudronnée… mais bruyante, pleine de voitures, de camions « grand format » et avec un accotement pas toujours très large… Bien sûr, nous avons sortis nos gilets jaune (on ne peut pas dire qu’on ne nous voit pas!) mais ça n’empêche pas certains camions de nous frôler…

Vers la fin de la journée, c’est vraiment difficile, on n’en peut plus aujourd’hui. On s’énerve vite, on se dispute, on finit par rouler chacun de notre coté… il y a des jours comme ça!

Nous roulons finalement jusqu’à Thessalon chez Tome, notre hôte Warmshower du jour. Nous plantons notre tente dans son jardin (à coté des poulets et des carcasses de voitures!), partageons un bon plat de pâtes aux légumes (la bonne nouvelle du jour 🙂 et au lit de bonne heure!!

Samedi 18 Juin (Thessalon- Sault Ste Marie : 87 km)

Aujourd’hui nous repartons sur la Transcanadienne, mais ça va plutôt bien, on arrive à se dire que c’est comme ça, pas le choix pour passer à autre chose… Il faut prendre du recul et profiter des bons côtés! Nous sommes d’ailleurs loin d’être les seuls à emprunter cette fameuse route car nous croisons plusieurs cyclotouristes, dont Martin & James, 2 retraités de 63 ans qui font aussi la traversée du Canada, vraiment impressionnants! On se sent moins seuls dans cette galère de camions bruyants et polluants!

Dans la matinée, nous nous arrêtons faire une pause en bord de route pour promouvoir les fermiers locaux! Impressionnants ces gens qui semblent vivre comme dans l’ancien temps.

 

 La journée passe assez vite, les km aussi, nous avons hâte de nous poser. Nous arrivons vers 16h à Vélorution dans la ville de Sault St Marie. Il s’agit d’un magasin de vélo qui fait Warmshower et tout est bien rodé : lorsque nous arrivons, une personne du magasin nous fait le topo : voici la douche avec toilettes et lavabo (nous sommes surpris car c’est vraiment propre, ça fait plaisir!), il y a des prises électriques pour recharger nos appareils, et même le wifi du magasin! Puis elle nous montre le « camping » à l’arrière du magasin, caché dans les arbres, il y a une table de pique nique, un foyer pour faire du feu, et de quoi installer 2 ou 3 tentes, super!!

En plus, nous sommes en bordure d’une grande zone commerciale! Pas très sexy dit comme ça, mais nous sommes ravis. Nous allons pouvoir faire quelques courses qui varient un peu, dans de grands magasins pas chers, et pourquoi pas se faire un petit fast-food!

Que demander de plus? D’autres voyageurs avec qui discuter peut-être?!

Et bien c’est aussi chose faite : un couple italiano-portugais qui ont vécut à Londres sont arrivés un peu avant nous.

Nous commençons à discuter, et le soir, bah… on refait le monde (avec leur accent anglais un peu portugais, et notre accent anglais un peu frenchy aussi…)

Surtout qu’il s’agit d’un couple vraiment impressionnant, intéressant mais aussi très courageux : Raf et Sarah voyagent en vélo depuis 5 ans! Rien que ça!!! Ils ont tout plaqué à Londres, dénoncent clairement la société de consommation dans laquelle nous vivons et nous font part d’une belle citation qui nous marque « Nous achetons des choses dont nous n’avons pas besoin, avec de l’argent que nous n’avons pas, pour impressionner des gens que nous n’aimons pas. »…

Ils sont ce qu’on appellerai des « marginaux » comme on dit, mais après avoir longuement discuté avec eux, on se dit que, les gens qui sont un peu bizarres, ce sont finalement… ce qu’on pourrait appeler les gens « normaux » comme toi, moi, nous… Quelle vie stupide quand on y pense : travailler toute sa vie sans vraiment pouvoir en profiter, en vouloir toujours plus, la maison, la grosse voiture, … Bref, on se questionne vraiment beaucoup ce soir, et nous qui pensions faire « un truc de ouf » en partant 3 mois en vélo, et bien on se rend compte que finalement ceux qui ont -passer moi l’expression- le plus de couilles, ce sont Raf et Sarah. Comme la plupart des gens, eux aussi critiquent le système, sauf que (contrairement à la plupart des gens) ils réussissent vraiment vivre en dehors de cette société de consommation, et surtout sans en dépendre (ils vivent avec 2$/jour/pers depuis 5 ans sur les économies uniquement, et travaillent parfois via HelpX contre nourriture/logement…) Ils pourraient pourtant vivre de façon très confortables à Londres, mais ils préfèrent vivre modestement dans une tente avec leur chien… Très inspirants tous les 2, on se sent même ridicules à côté…

Même si nous faisons généralement attention à nos dépenses et à notre façon de consommer, le décalage est énorme lorsque nous revenons avec nos petites provisions de Wal-Mart (on a craqué pour quelques sucreries, devenues tellement rares pour nous depuis plusieurs jours où nous ne voyons que des routes, des lacs et des champs…) Drôle de sensation entre petit plaisir mérité et culpabilité de suivre le troupeau… Tout cela nous fait énormément réfléchir à qui on est, qui on veut être, ce qu’on veut…

Une fois de plus, cette rencontre restera gravée dans nos têtes…

IMG_7018

Dimanche 19 Juin ( Sault Ste Marie – Sault Ste Marie : 15 km… à pied!)

Ce matin, nous n’avions pas mis de réveil car nous décidons de prendre une journée de repos. Pourtant à 8h, nous sommes déjà levés, forcément, c’est le jour où on peut dormir qu’on ne dort pas, grrrr !!

Nous décidons d’aller nous balader à pied pour visiter Sault Ste Marie. Nous sommes vraiment déçus! Une ville (pourtant grande!) à moitié morte, pas grand chose à faire à part voir l’écluse historique…où même le « visitor center » est fermé! Nous revenons donc à notre campement, après avoir mangé une bonne pizza (on en avait vraiment rêvé!), et finalement nous en avons plein les pattes, car pour une journée de repos, nous avons quand même marchés 15km.

Enfin le reste de l’après-midi, on se met à jour sur notre carnet de bord pour vous partager notre semaine 😉

Avant d’aller se coucher et d’entamer une nouvelle semaine, reste une décision importante à prendre : par où passer pour rejoindre Winnipeg? Nous avons le choix entre rester au Canada et rouler 1400km sur la dangereuse Transcanadienne avec un petit accotement, avec un important dénivelé, peu de civilisation et aucun warmshower, mais un paysage apparemment splendide; ou bien passer par les Etats-Unis, pour quasiment autant de bornes, une route plus plate, plus sécuritaire, plus de villages et plus de warmshowers, mais moins spectaculaire! La deuxième option est plus confortable, et moins aventurière, mais il faut garder en tête que le peu de civilisation et le dénivelé, nous le retrouverons quand même dans les Plaines, et dans les Rocheuses! Sachant qu’Eme a perdu de la force et de la sensibilité dans la main gauche à force de l’appui sur le vélo (difficile même de faire la vaisselle!) et que Nico commence aussi à souffrir dans les bras!!

Donc est-ce qu’on se préserve pour le reste du voyage, ou est-ce qu’on joue le tout pour le tout?!?!

Suite au prochain épisode….

Bonne semaine à tous!!

Publicités

3 commentaires

  1. marine · juin 20, 2016

    oh que du suspens pour la suite…je pense que votre décision est prise et ce sera la mieux mais le principal est que vous profitiez pleinement de votre aventure alors prenez soin de vous, vous avez encore pleins de belles choses à voir et de belles rencontres à faire. Courage mes aventuriers adorés et pleins de gros bisous, on pense fort à vous et on vous aime fort

    Aimé par 1 personne

  2. Girault · juin 20, 2016

    WHAOOUUU ……Super semaine, Prenez soin de vous
    Quelle belle leçon de vie toutes ces nouvelles rencontres …. Les gens sont charmants, gentils formidables…..
    Mais vous l’êtes tellement c’est un juste retour …Vous le valez bien
    BISOUS les Doudous

    Aimé par 1 personne

  3. eva billebaut · juin 20, 2016

    Que d’admiration provoquée par vos aventures en tous genres, aussi bien l »humain que la nature, enrichissez-vos
    de toutes belles et bonnes choses et c’est bien de nous en faire profiter. Bon courage ça n’ pas l’air de la tarte tous les jours, sachez que par la pensée plein de gens vous accompagne, nous vous faisons de gros bisous.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s